[Dunkerque] Les oeuvres de Patrick Wald Lasowski

Share Button
[Dunkerque] Les oeuvres de Patrick Wald Lasowski

L’association Les Littoerales clôture son cycle sur le thème « Crime(s) ».

Vendredi 19 mai 2017 à 18h30 à la bibliothèque universitaire en présentant les oeuvres de Patrick Wald Lasowski, auteur de La Terreur et Les singes de Dieu. Cette conférence sera animée par Dolorès Lyotard, docteur en littérature, suivie d’une lecture d’extraits par l’auteur.

Entrée libre et gratuite.

Patrick Wald Lasowski, professeur à l’université Paris VIII, est l’un des plus éminents spécialistes du XVIIIe siècle. Il a été responsable des deux volumes des Romanciers libertins du XVIIIe siècle édités dans la Pléiade. La Terreur et Les singes de Dieu sont deux premiers romans, parus en 2014 et 2016 (Le Cherche Midi). Ils constituent les deux premiers volets d’une trilogie romanesque que P. Wald Lasowski consacre au crime de l’Histoire. L’auteur lira des extraits de ces deux romans historiques narrés en mode personnel – Journal, Mémoires – où il s’attache à peindre de l’intérieur l’épisode de persécution politique qui, sur quelques années, radicalise son acte, s’emballe en une phrase de terreur populaire où tout quidam est suspect, menacé d’exécution. Qu’il en appelle à l’amour de Dieu ou au Projet d’émancipation, tel fait d’Histoire se soutient d’une figure de l’ennemi absolu (traque du séditeux, traque de l’héritique), donne son lustre mystique et sanglant à cette logique de la haine précipitant une génération d’hommes dans la folie du meurtre collectif.

Dans La Terreur, le personnage narrateur est commissaire de police sous la Révolution : témoin inquiet du Tribunal révolutionnaire, se fait greffier du temps du sinistre, consigne meurtres « ordinaires » et crimes de la Terreur, liste faits et noms de l’exécution, interroge le Visage grimaçant de la Révolution. L’action des Singes de Dieu, nous plonge au XVIe siècle dans le Paris des Guerres de religion quand le peuple s’abandonne aux mains des « Seize », clan de Ligueurs fanatiques que sert le narrateur, Pierre Tison, prédicateur bourreau, clan qui tente de renverser la royauté pour établir une dictature théocratique. Deux épisodes sanguinaires de notre Histoire où le Crime collectif se nomme ici « Sainte Unio », là « Union sacrée », où la Souveraineté est objet d’absolu, querelle mystique, rivalité fratricide du corps politique, où la Terreur suscite l’ardeur passionnée de la langue, exhale l’amour fusionnel du néant.