Carlos Liscano : de la prison à l’écriture

Share Button

“Voilà plusieurs jours que je suis dans une caserne de l’armée, cagoulé jusqu’aux épaules; pantalon, maillot, slip, chaussures trempés. J’ai 23 ans. Je ne sais ni quel jour nous sommes ni quelle heure il est. Je sais qu’il fait nuit, et qu’il est tard. On vient de me ramener de la salle de torture, qui est au rez-de-chaussée, en tournant à gauche au pied de l’escalier. On entend les cris, un torturé, un autre, un autre encore, toute la nuit.”
Carlos Liscano, Le Fourgeon des fous

© Electre

L’histoire de l’écrivain Carlos Liscano est peu banale. Né en Uruguay en 1949, il est arrêté pour des raisons politiques par le régime militaire alors qu’il n’a que 23 ans.  Il passera 13 années en prison, durant lesquelles il subit tortures et humiliations. C’est pendant son incarcération que Carlos Liscano se met à écrire. Son premier roman sortira de prison sous forme de petits bouts de papier soigneusement dissimulés par un codétenu à l’intérieur d’une guitare. Carlos Liscano retrouve la liberté à la fin de la dictature militaire, en 1985. Depuis, l’écrivain vit entre Montevideo et Barcelone. Il est notamment l’auteur de La Route d’Ithaque, Le Fourgeon des fous, Souvenirs de la guerre récente, Le Rapporteur et autres récits et L’Ecrivain et l’Autre.

Considéré en Uruguay comme l’un des plus grands écrivains contemporains, Carlos Liscano sera présent ce mercredi 24 mars au Centre universitaire Saint-Louis de Boulogne-sur-mer, Amphi 3 à 10h00. Une rencontre à ne pas rater…