Approche historique du handicap

Share Button
Approche historique du handicap

Le mot handicap est d’origine irlandaise “hand in cap” qui signifie “la main dans le chapeau”. Il désigne le tirage au sort dans un jeu de hasard sur les champs de course. Depuis, le handicap désigne la compensation des différences de poids ou de capacités, entre concurrents dans une course ou au golf.

Autrefois, les personnes handicapées, incapables de subvenir à leurs besoins, étaient perçues comme des personnes à charge de la société, on avait pitié d’elles.

Au Moyen-Âge, elles sont confondues avec les miséreux de la société. On devient charitable avec elles, comme le recommande la religion chrétienne et elles sont accueillies dans les hôtels-Dieu.

Au siècle des Lumières, les avancées de la science et de la philosophie posent des questions sur l’éducation des aveugles ou sourds. Des écoles spécialisées sont créées.

Après la Révolution, le principe du devoir d’assistance de la Nation est affirmé devant l’Assemblée constituante, par le Comité de mendicité.

Au 19e siècle, médecins et éducateurs mettent au point de nouvelles méthodes d’éducation dans le domaine des maladies de l’esprit.

Après la 1e guerre mondiale, les noms d’infirmes, invalides… sont remplacés par le terme “handicapé”. L’image change, les personnes handicapées deviennent des individus avec des droits. En 1960, des lois sont votées. Elles concernent le droit au travail, à l’intégration, à l’éducation.

11 février 2005, une loi garantit des ressources représentant 80% du salaire minimum et l’adaptation des bâtiments, des transports pour les rendre accessibles aux personnes handicapées. Actuellement, l’école a l’obligation d’accueillir les enfants handicapés.